Préparez les vacances

Préparer les vacances

6d9d159693.gif

Voilà les vacances et encore trop d'animaux seront abandonnés

Partir en vacances nécessite une organisation que vous partiez avec ou sans votre chien.

1. vous allez partir avec votre animal

Assurez vous que l'hôtel, le camping, le gîte, le village de vacances, etc.... acceptent les animaux et lesquels ? et sous quelles conditions ?Si oui, prévenir de la présence de l'animal lors de la réservation et se faire préciser la participation financière que certains campings et hôtels demandent.

Si c'est à la mer, la plage est-elle autorisée aux chiens ?

Le site de la SPA http://www.spa.asso.fr donne une liste des plages autorisées (sinon les offices de tourisme renseigneront)

 

 chien-plage.jpg

 

A noter que partout où vous allez en France, l'interdiction des chiens dans les lieux publics, plages, parcs et jardins doit être clairement signalée par le maire de la commune (sinon on peut contester l'amende que l'on peut se voir infliger) 

Pour passer une frontière prévoir de connaître les réglementations en vigueur dans le pays visité, auprès des ambassades ou agences de voyage (pour les ramassage des déjections, port de muselière, vaccination antirabique et certificat de bonne santé (documents obligatoires pour l'Union Européenne) 

Attention à la mise en quarantaine de l'animal dans certains pays : mieux vaut ne pas l'emmener, il passerait ses vacances en cage !

· Partir en voiture : Pour une moyenne ou grande distance à parcourir, il n'y a pas de problème si le chien  a été habitué à la voiture, mais dans le cas contraire dès la décision prise, commencez  à lui faire effectuer des petits parcours, avec une promenade en récompense .              Ne surchargez pas son estomac pour le voyage, vous lui éviterez malaises et    vomissements, et si possible n'imposez pas de parcours longue distance à un animal  malade.                                                 Attention en ouvrant la portière que votre chien ne s'échappe et ne se fasse écrasser. votre chien dois bien évidement être tatoué ou pucé mais pensez aussi a lui mettre un collier avec une médaille et votre numéro de portable.

vacances-animaux.jpg

pensez au arrêt détente pour qu'il puisse faire ses besoin et se détendre les pattes

Préférez lles aires de repos en retrait de la circulation, et prévoyez la gamelle d'eau.

Ne laissez jamais votre compagnon seul dans la voiture même fenêtre entr'ouverte ! l'été même à l'ombre, l'habitacle devient une fournaise où chaque année meurent trop d'animaux que l'on y a laissés prisonniers. 

· En car 

Seuls sont admis petits chiens dans leur sac de transport.

· En train 

La réglementation est stricte : Chien jusqu'à 6 kg sont acceptés dans un sac près du maître, pour un tarif minime. Dépassé ce poids, avec un billet ½ tarif, les chiens en laisse sont aussi tolérés (sauf opposition d'un voyageur) et muselés pour les 2 catégories répertoriées par la S.C.C.

· En bateau 

Certaines compagnies n'acceptent pas d'animal, d'autres les acceptent près du maître ou bien seulement dans la voiture ou encore dans des cages prévues par la société pour des tarifs peu élevés (renseignez-vous d'avance) 

(Attention l'été, lors de fortes chaleurs si l'animal doit être maintenu dans le véhicule.... Prendre tous renseignements préalables pour s'assurer du confort possible dans ces conditions 

· En avion.

Là aussi règlement strict : Jusqu'à 5 kg l'animal peut voyager en cabine dans un sac au pied de son maître. Au-dessus de ce poids il ira en soute dans une caisse vendue par la compagnie aérienne (se renseigner des prix du billet et de la caisse)

Pour emmener son animal en avion il faut vraiment une obligation impérative car c'est pour eux le mode de transport le moins agréable, et pour vous, le plus onéreux.

A noter que les récentes mesures antiterroristes ont rendu les conditions de transport d'un animal en cabine encore plus restrictives... renseignez-vous des nouvelles dispositions auprès des différentes compagnies.

 

 chien-vacances.jpg

 

2. Partir sans son animal

 

il est parfois fortement conseillé de partir plutot sans son chien sans pour autant l'abandonné.

les long trajet, les isolements, la chaleur, etc....sont du stress permanent pour votre animal. 

Se séparer de son petit compagnon n'est pas sans retentissement ni pour lui, ni pour certains maîtres d'ailleurs, et c'est tout le soin pris dans cette démarche qui garantira le confort de chacun.

Quelque soit la formule retenue au moment de la mise en pension du chien, on peut l'y préparer pour qu'il n'en soit pas traumatisé.

il peut tout d'abord être mis en garde chez des personnes de confiance de son entourage (parent, ami, voisin),que l'animal connait déja

Choix possibles :

il peut tout d'abord être mis en garde chez des personnes de confiance de son entourage (parent, ami, voisin),que l'animal connait déja

Le mettre dans une pension,ou bien en famille d'accueil

Dans un cas comme dans l'autre il faut le prévoir longtemps à l'avance (certains retiennent d'une année sur l'autre)

Ne placez pas l'animal d'emblée pour un mois dans une pension inconnue. 

Certains chiens refusent la nourriture pendant plusieurs jours et restent prostrés dans le fond de leur cage, attendant en vain le retour de leurs maîtres.

Séparés du reste de leur « meute », ils dépriment. Faites plutôt des essais de courte durée, fiez-vous au comportement de votre animal.

Est-il content de revenir ? Freine-t-il des 4 pattes à l'approche de la pension ?

Vous aurez d'avance visité et comparé divers établissements et examiné les critères nécessaires à un séjour de qualité boxes ou non , abris, espaces ou les animaux peuvent s'ébattrent, clôtures de sécurité, contacts chaleureux avec les pensionneurs, propreté, réglement, etc.)

un bon établissement demandera des papiers sérieux qui vous paraitrons sans doute un peu ennuyeux mais qui sont nécessaire pour le bien être de votre animal.

toute pension sérieuse demande que votre animal soit identifié, que votre chien est ses vaccins a jour y compris la toux du chenil (maladie contagieuse et mortelle qui se transmets par les congénéres)

une attestation de bonne santé de votre chien vous parait ridicule parce que vous savez que votre chien n'est pas malade mais de savoir que tout chien qui sera en contact avec le votre en a obligatoirement une aussi et que du coup le votre ne risque rien devrait vous rassurer.

Attention au pension ou famille d'accueil qui vous propose la garde sans box mais refuse de vous faire visiter les lieux, vous pouvez être certains que des lors que vous serez parti votre chien se retrouvera derrriere les barriere d'un chenil.

013ghg1.jpg

 

il peut vous êtes demandé d'apporté la nouriture de votre chien d'une part pour que votre chien ne se sente pas destabilisé dans ses habitudes de repas mais aussi pour que cela vous revienne moins cher.

verifiez toujours toutes les ligne du reglement avant de signer. et demander des explications si vous ne comprenez pas.

Le choix de le confier alors dans une famille d'accueil, est plus adapté à un animal habitué à une présence permanente. 

Des organismes spécialisés orientent vers une sélection de familles choisies pour garder (et chouchouter) chien ou chat en appartement, ou en maison avec jardin.

En prenant la précaution de familiariser préalablement l'animal à ces personnes et leur lieu d'accueil, on s'assurera d'un vrai confort relationnel pour son animal

Faire appel à un organisme de garde à domicile

Dans cette formule, ce sont des personnes (souvent retraitées) qui s'installent chez vous et prennent soin de votre chien ou votre chat (de vos plantes et vos biens aussi !) le temps de vos vacances. Une fois encore, faire se rencontrer précédemment « ses gardiens » et l'animal peut lui éviter de déclencher là encore une « grève de la faim » ou des destructions inhabituelles dus à son inconfort émotionnel.

Pour ce « must », s'adresser à des organismes spécialisés et connus pour leurs garanties offertes !

Confier l'animal à la famille, des amis ou des voisins

Sans doute l'idéal pour tout le monde ! bien sûr aux conditions de familiarisation préalable précisées plus haut. 

Cette solution est souvent un échange de bons procédés ; « je garde ton chien, tu gardes ma chienne ». Mais prévoyez la période de vos congés hors chaleurs de la femelle de l'un ou l'autre si elle n'est pas stérilisée !

Posséder un animal ne s'improvise donc jamais on le voit. 

Nous pensons que la question de « à qui le confier » quand vacances ou imprévus surviennent, devrait être étudiée avant même son acquisition.

 

2)- Bientôt les vacances! c'est décidé, cette année on part avec le chien

 

Pour nos chiens, partir en vacances n'est pas forcément vécu comme une aussi heureuse perspective que pour nous, sauf pour les plus placides qui de nombreuses fois déjà ont participé à ce grand bonheur de leurs maîtres. 

Pour les sujets adultes les plus sensibles comme pour le chiot dont c'est peut-être « une première » c'est au contraire parfois bien stressant.

chien-en-vacance-shar-pei-drole.jpg

 

 

Pour des vacances vraiment bonnes pour tout le monde

Pour l'animal, pas de prévision, pas de hâte....il est juste dans son présent et les projets que forment ses maîtres lui restent étrangers jusqu'à ce qu'il soit dans leur agitation des premiers préparatifs.

A partir de là il constate (parfois inquiet) que quelque chose se passe ! 

Si c'est le chiot dont ce sont les premières vacances, il remarque bien les changements d'habitudes de tous à la maison, et ce, même quelques jours à l'avance.

Puisqu'un chien apprend par association et s'il n'en est pas à son premier départ en congés avec ses maîtres, tout peut s'anticiper pour lui sur le modèle de la/ou des fois précédente(s).

En schématisant : tout s'était très bien passé, pas d'agitation particulière de sa famille lors des préparatifs, un parcours en voiture sans histoire (ni trop sous la chaleur, ni trop coincé dans les bagages, ni trop harcelé par les bambins) un séjour sans accrocs avec des balades, des jeux et des maîtres détendus sur un site tranquille et sécurisant... Bref rien qui fasse qu'il puisse redouter que ça ne recommence ! 

 

 1image-animal07.jpg

Par contre et toujours en schématisant, si l'agitation générale a prévalue (depuis les préparatifs de départ à la hâte au milieu desquels il n'était que rembarré. Suivi d'un trajet long et étouffant dans les encombrements au milieu des cris des enfants énervés et rabroué chaque fois qu'il voulait sortir trop vite aux haltes bondées. Surexcité par l'environnement si peu familier du lieu de vacances, malade du changement de climat, de nourriture, etc....) Bref, si c'est ce qui a déjà été vécu par votre compagnon, ne vous étonnez pas si vos prochains préparatifs le rendent anxieux ! 

Pour préparer tranquilles « sans avoir un chien dans les pattes » qui ne fait qu'ajouter au stress de tous, on peut déjà commencer par l'isoler de la « fièvre » des départs. Lui proposer la voiture comme abri est un soulagement, en tout cas s'il est de ceux pour qui ce véhicule est habituellement synonyme de plaisir/balade !

N'oubliez rien de son « barda » (panier, gamelle avec sa nourriture habituelle, muselière pour certains, collier avec votre n° Tél. mobile, carnet de santé à jour, trousse de soins d'urgence et antiparasitaires spécifiques que vous aurez prévus avec votre véto)

 

Si c'est le premier long trajet du chien (conseils aussi valables pour les vieux routards !)

 

Son confort sera le vôtre ! Alors ne négligez rien (souvenez-vous, ce trajet lui servira de modèle futur !).

Ne le nourrissez pas mais n'oubliez ni l'eau ni sa gamelle. 

Veillez à lui prévoir une place bien à lui, soit sur le siège arrière avec sa ceinture de sécurité, soit de préférence dans sa boîte de transport (et jamais dans un coffre sans ôter la plage arrière !l'air n'y passe pas). 

En prenant soin d'y familiariser d'avance l'animal et en rendant cette boîte très positive, elle deviendra son refuge apprécié à chaque déplacement.

D'encombrement prévisible, cet équipement vous permettra d'arranger vos bagages autour, sans « prendre » sur la place du chien tout en garantissant la sécurité de tous. Sur les aires de repos d'autoroute, pas de risque que l'animal ne sorte précipitamment et vous échappe si un enfant ouvre sa portière trop vite par exemple.

Aux haltes toutes les 2 heures, une courte balade dégourdira les jambes et les pattes des voyageurs et permettra de vider les vessies et rafraîchir les gosiers.

Puisque des accidents sont à déplorer chaque année en été, il est visiblement toujours utile de rappeler que le chien ne devra JAMAIS rester seul dans le véhicule même à l'ombre. Il y risquerait un coup de chaleur rapidement fatal dans un habitacle qui devient vite une fournaise !

 

Précautions sur place

 

Camping, hôtel, gîte, village vacances, location individuelle....vous aurez pris soin d'avance de réserver en demandant si les chiens sont acceptés et surtout ceux des races molossoïdes.

La mauvaise opinion qu'un large public a des molosses fait reculer les loueurs et c'est dommage pour beaucoup de maîtres qui sont pourtant propriétaires d'un chien bien sociable et tenu sous bon contrôle.

Hébergés là où votre animal ne sera pas « indésirable » veillez à ne faire regretter personne de vous avoir accueilli. Et une fois arrivés, là aussi son confort sera le vôtre pour tout le temps du séjour !

Laissez le chien se familiariser tranquillement à son nouvel environnement et ne le lâchez que si vous êtes seuls dans un espace bien clôturé (inspectez les lieux pour repérer un danger potentiel : produits ou plantes toxiques, escalier, balcon sans protection, etc.)

En camping par exemple le chien devra évidemment être tenu « à résidence » près de la tente ou du mobile home.

Trouvez-lui un coin tranquille en dehors des passages si possible et installez-y son panier qui sera un refuge.

 400-f-3097136-c06llrk7lmol8wxuvng3hiph4iph4o.jpg

 

La rupture avec les repères du quotidien est souvent déstabilisatrice pour le chien, sans que personne ne s'en rende vraiment compte. On remarque tout au plus l'impatience de l'animal avec désordres digestifs, grattages, aboiements, etc. qui ne sont que l'expression de son inconfort émotionnel devant tout ce « nouveau » auquel il lui faut petit à petit s'adapter jusqu'à y trouver son équilibre.

En maintenant les règles de vie qui sont en vigueur à la maison, vous transportez déjà quelque chose qui au moins ne varie pas et le rassurera.

Essayez de lui réinstaller des repères fixes dans ce nouveau lieu, comme celui des heures de promenades ou de la gamelle (en ne modifiant rien de son contenu habituel pour moins de chahut intestinal !)

Une fois installés, emmenez le pour un petit tour en laisse évidemment, afin de repérer les lieux et faire déjà un premier inventaire des « 4 pattes » chiens ou chats du quartier. Tous ne sont peut-être pas si sociables que votre compagnon, mieux vaut les localiser !

 

Profiter du coin et des balades

 

En gîte à la campagne ou dans vos balades, votre chien va peut-être rencontrer des animaux qu'il a peu ou jamais vu (bovins, ovins, volailles, etc).

Simplement curieux d'un animal un peu méfiant n'ayant pas lui-même été familiarisé aux chiens, votre compagnon pourrait s'affoler, s'enfuir et se perdre, ou bien agresser par peur. 

Les animaux d'élevage ne sont pas des proies, soyez donc prévoyant en ne le laissant pas gambader en liberté sans être sûr de garder le contrôle sur lui (notez qu'à plus de 100 m de vous le chien est considéré en divagation par la loi)

Il y a les grosses bêtes, mais il y a aussi les très petites ! Parasites en tout genre dont vous aurez prévu de le prémunir évidemment.

Pour ceux qui prévoient d'aller à la mer, sachez que peu de plages sont autorisées aux chiens (les offices de tourismes renseignent). Si une plage n'est pas interdite à votre compagnon, retenez que chaleur et l'exposition au soleil sont éprouvants ; ballons, courses et cris d'enfants sont hyper stimulants et surexcitent l'animal que l'on doit cependant tenir à l'écart pour la sécurité de tous. Tout cela n'est pas de tout repos ni pour le chien ni pour les maîtres !

Profitez donc plutôt des plaisirs d'une baignade en dehors des heures bondées (tôt le matin ou tard le soir) sans oublier de bien rincer votre compagnon à l'eau douce et de ne pas laisser ses déjections dans le sable (vous pourriez marcher pieds nus dedans le lendemain !)

 

Petit rappel : lors des fêtes d'été, de nombreux chiens essaient de fuir affolés les détonations de la fête, insupportables à leurs oreilles hypersensibles. Regardez plutôt les feux d'artifice de très loin avec le chien en laisse, mais de préférence isolez le en sécurité et restez indifférents face à ses peurs.

 

Après avoir bien profité des joies d'une vie en contact serré avec son chien, il faudra bien penser à rentrer. 

Les maîtres reprennent leurs (bonnes !) habitudes de travail et l'animal se retrouve brutalement seul en journée.

Pour certains c'est plutôt mal vécu et ne sont pas rares ceux qui dégradent portes et fenêtres ou autres équipements à la maison ou dans le jardin, dès que les maîtres s'absentent. 

Pas de panique ! Ignorer les dégâts ponctuels (pour ne rien envenimer) et remettre en place les règles de vie devrait petit à petit faire oublier au chien son « blues du retour ».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×